Le mot de la semaine "Novembre"

(PR) – « Onzième mois de l’année, de trente jours », nous disent les dictionnaires de référence. Une sobriété rejointe par notre ami Antoine Furetière qui, dans son « Dictionnaire universel » de 1690, se contente d’ajouter que c’est la période pendant laquelle « le Soleil entre dans le Sagittaire ». Nous voilà bien avancés ! Et puis, je me suis rendu compte qu’en deux séries de « mots » (1990-1994 et 2020…), je ne m’étais jamais risqué à en parler. Alors allons-y !


   C’est un mois qui, aux yeux de certains, commence « mal » : le premier jour, c’est la Toussaint, synonyme de visite aux cimetières – pour celles et ceux qui s’y rendent encore… – donc rien de très folichon pour entamer le mois. J’ai eu l’occasion (« mot » du 26 octobre 2020) de rappeler qu’il n’en était rien, que le 1er novembre était, en fait, la fête de « tous les saints », le jour d’hommage aux défunts étant le lendemain.

   Mais voilà, dix jours plus tard, débarque le 11 novembre. Cette date rappelle qu’il y aura cent quatre ans cette année, les armes se sont tues sur le continent européen après quatre années d’une véritable « boucherie » ; un siècle après les sonneries de clairon annonçant l’armistice dans toutes les tranchées, les mémoires restent encore vivaces, même s’il n’y a plus désormais de témoins encore vivants.

   Cette première partie de ce onzième mois de l’année (en fait le neuvième dans le calendrier romain, d’où son nom) n’a donc rien qui puisse en faire une période très agréable. D’autant plus qu’avant que le dérèglement climatique que nous connaissons actuellement ne vienne transformer les mois d’automne en fac-similé des périodes estivales, novembre était un mois plutôt spécialisé dans les brouillards, les pluies bienvenues pour les nappes phréatiques,  mais aussi des petits coups de gel le matin ravageant les chrysanthèmes des cimetières…

   On ne se risquera donc pas à tenter un pronostic météorologique sur ce que nous réserve le mois de novembre 2022. Les spécialistes nous l’ont dit : le mois qui s’achève a été l’octobre le plus chaud jamais enregistré en Europe, en France particulièrement. Au moment où nos dirigeants nous recommandent de ne pas abuser du chauffage, c’est presque de la climatisation qu’ils devraient parler !

Il y a quand même, en novembre, une fin de semaine (on dit aussi « week-end » …) plus qu’agréable, sur l’une des plus belles terres du monde, la Bourgogne : le troisième dimanche de novembre a lieu en effet la traditionnelle « Vente des vins des Hospices de Beaune ». L’édition 2022 sera la 162e, toujours destinée à apporter un soutien aux services hospitaliers, ainsi qu’à des organisations « charitables ». Les années où la grisaille, voire la froidure de novembre tombent sur les toits vernissés des Hospices, ces journées dites «Les trois glorieuses » mettent du soleil au cœur…

   Et puis, le 25 novembre, c’est le jour de la Sainte-Catherine. Elle n’est plus guère célébrée ces temps-ci, mais elle fêtait au siècle précédent les jeunes filles qui, à 25 ans, étaient toujours célibataires. Les « catherinettes » se confectionnaient à l’occasion des chapeaux dignes de feue la « Queen » et étaient fêtées dans les entreprises. On ajoutait aussi qu’à cette fête-là, « tout bois prend racine » - aucun rapport !

   Le mois de novembre vit aussi l’adoption, lors d’un congrès sur les transmissions, en 1906 à Berlin, d’un drôle de « truc » émis en morse : …- - -… Vous avez reconnu ? C’est tout simplement le « SOS » qui allait être adopté par toutes les marines du monde. En ce mois de novembre 2022, y a-t-il …- - -… pour… ? A vous de choisir !